The Young Elites – Marie Lu

Afficher l'image d'origineHey ! Aujourd’hui je vous parle de ma première lecture de 2017. Je vous présente ici le livre dans sa version VO mais le premier tome a été traduit en français chez Castlemore. (lien livraddict)

 » Adelina Amouteru is a survivor of the blood fever, marked by a jagged scar where her left eye once was. Branded as a malfetto -an abomination- she is cast out from all she has ever know and loved.

Edelina finds sanctuary with other malfettos and discovers that the disease has left her with more than just a scar – she has a mysterious and powerful gift.

She is a Young Elite.

But Adelina’s ability is stronger than any Young Elite before her. And unless she can control the vengeful drakness growing in her heart Adelina could be a danger to them all.

I am tired of being used, hurt and cast aside. It is my turn to use. My turn to hurt. « 

tye9

Bon je vais pas laisser durer le suspens, j’ai adoré ce livre ! Vous connaissez peut-être Marie Lu pour sa trilogie Legend qui avait eu pas mal de succès il y a deux ou trois ans. Personnellement j’avais eu un coup de cœur pour le tome 1, le deuxième avait été une de mes pires lectures de 2015 (ou 2014 je ne sais plus) en partie à cause d’une traduction massacrée, et le troisième était assez bon mais pas suffisamment pour me faire oublier le tome 2. Je suis d’autant plus contente d’avoir lu ce livre en anglais parce que j’ai particulièrement aimé l’écriture de l’auteure, alors soit elle a énormément progresser depuis soit la traduction française a été faite par un élève de seconde LV1 allemand, LV2 néerlandais, option latin. Enfin bon, je pars un peu loin pour dire que l’écriture était vraiment cool.

On est ici dans un univers de fantasy. Etant donné que c’est du Young-Adult, je m’attendais à un univers assez simple, pour ne pas dire simpliste, se bornant à nous donner les éléments nécessaires à l’intrigue. Alors oui Carla mais en fait non. L’univers est plutôt cool et assez développé, certes pas autant que des romans de fantasy adulte comme Gagner la guerre ou Les salauds gentilshommes (mon bébé) (lisez le) (enfin dès que vous aurez fini de lire cet article et The Young Elites). C’est assez foisonnant pourtant le lecteur n’est jamais perdu dans des millions de détails inutiles. Par contre au niveau des inspirations de l’auteure c’est un peu le bordel mais ça forme un kaléidoscope d’autant plus fun à lire (liste non exhaustive : Italie du XIVème, Inquisition espagnol, SS et Shoah des années 40, mythologie lié aux pierres précieuses et aux émotions/péchés capitaux, des Dieux, des anges, des quartiers qui m’ont fait pensé aux districts de Hunger Game,…)  J’ai d’autant plus hâte de lire la suite que dans ce premier tome on ne découvre qu’une petite partie de ce monde et qu’il nous reste encore pleins de culture, de coutumes, de tyrans et de princes déchus à découvrir !

tye8

L’intrigue est très sympa mais elle reste assez classique. Elle est bien faite dans le sens où il n’y a a priori pas d’incohérence, quelques retournements de situation relativement inattendus mais elle n’est pas extrêmement novatrice bien que Marie Lu prenne un risque auquel je ne m’attendais pas du tout vers la fin du roman.

ty3

Le roman est à la première personne, avec Adelina qui est notre narratrice. Malheureusement ses chapitres sont parfois entrecoupés de courts passage sous le point de vue de d’autres personnages. C’est intéressant et sympa à lire mais je ne suis pas sûre que se soit très pertinent d’un point de vue narratif, j’aurais parfois préféré être surprise en même temps que le personnage d’Adelina plutôt que d’attendre 50 pages qu’elle découvre une situation que l’on a déjà apprise. C’était un peu une solution de facilité de la part de l’auteure, à ce niveau je n’ai pas été complètement convaincue.

tye1

Et finissons sur le plus gros point positif du roman celui moi : les personnages ! Je ne m’attache pas souvent aux personnages, il est assez rare qu’il me reste en mémoire bien longtemps mais là ! Presque 15 jours après ma lecture je me souviens encore de leurs noms (oui dit comme ça c’est ridicule mais pour moi c’est exceptionnel) et j’y repense de temps en temps. Autre point positif les personnages sont assez diversifiés, ce qui peut être intéressant pour ceux qui participe au Diversity Bingo 2017 car par exemple Adeline entre dans la catégorie SFF with disabled main character (case qui était une réel source de désespoir pour moi, avouez qu’on croise rarement des personnages avec des handicaps en SFF).

Afficher l'image d'origine

Et là où le livre m’a bluffé c’est que TOUS LES PERSONNAGES SONT DES ANTIHÉROS ! Depuis le temps que je voulais lire un livre comme ça ! Il faut savoir que je déteste les personnages et les intrigues manichéennes, et je ne suis pas toujours très fan des héros classiques car leurs amas de qualités rends l’identification plus compliqué (mais c’est pas vrai, moi j’ai pleins de défauts ! Je suis maladroite et euuuh… ah oui je sais pas faire la cuisine non plus !-dit une voix haut perchée, celle de l’Élue de la Prophétie du Grand Pigeon des Egouts Pleins de Rats de Sirpa) (mais WFT). Je ne remercierai jamais assez Kristin Nelson : » Qui est-ce ? Demanda le lecteur interloqué

− L’agent de Marie Lu, répondit avec enthousiasme la narratrice »

Qui l’a poussé à choisir des antihéros (et oui je reprends le fil de mon article comme ça, oklm), et là je cite les remerciements qui ont provoqués chez moi un bref moment d’extase

The Young Elites began as a hero’s journey – a boy takes on the task of mastering his powers and vanquishing the villain. The story didn’t work, though, and I was left struggling in the middle of nowhere, trying to figure out why. One day, as I mulled this over with my agent, Kristin Nelson, she said, « Hey, what about this Adelina girl? She’s an interesting side character. »

« Oh, yeah, »  I replied, distracted. « She’s a fun bad girl to write. I hope I can keep her around if I redo this. »

Kristin said, « Maybe she should be the star. »

Sometimes, all it takes to see the right path is a flash of brillant insight from someone else. I realized the problem was I didn’t want to tell a hero’s journey ; I want to tell a villain’s.

Ce livre est dans la continuité de la trilogie Legend. Bien meilleure pour que les lecteurs pas complètement convaincus puisse plus apprécier cette saga, avec un monde et des personnages très différents, mais une tout de même un style, une dynamique, avec des personnages résolument charismatiques qui faisaient le charme de sa première saga. On y retrouve des thèmes chers à l’auteure tels que la quête de justice, le dilemme du « sacrifice nécessaire », la fraternité, une filiation difficile.

tye5

Vous l’aurez compris avec cet article de près de 1200 mots mais j’ai absolument adoré ce livre, que je conseille à tous le monde : les amateurs d’antihéros, les fans de fantasy, les fans de Young-Adult, les fans de Legend,… J’espère que mes autres lectures de 2017 seront aussi bonnes !

Cet article est également disponible au format vidéo, sur ma chaîne booktube, (ici)

*toutes les photos/fanart/images de promotions ont été trouvés dans la section commentaire de Goodreads (ici).*

Bonne lecture et à la prochaine !

-Carla BlackCat, pour vous servir

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s