L’art de la beauferie.

« Salut René ! P’tite binouze ?  « 

Voilà, c’est ce dont va parler cet article merveilleux qui vous apprendra à reconnaître les phrases typiques (à ressortir dans une soirée coincée avec des dames qui portent des robes serrées, des hommes en costard où ils reçoivent des trucs là, si si vous savez les remises de prix ?) et savoir s’il faut vous enfuir ou non.

Comment repérer un beauf ? 

C’est très simple ! En gros ça s’apparente très bien avec un allemand, avec ses chaussettes merveilleuses, ainsi que ses magnifiques sandales. Il sera bien evidemment accompagné d’une moustache, mais qu’il a la flemme de raser, en fait il se la laisse pousser juste pour faire un style « brithish », sauf que dfjlu coup sur lui ça fait clodo. Dommage. Il est également reconnaissable avec son bob, sa banane (pas le fruit, ni le membre, la banane quoi !) et d’une binouze, qu’il voudra partager avec…. tiens vous là !

Comment l’éviter alors ? 

Me dites vous totalement affolé(e).

Et bien déjà  écoutez-le. Identifiez-le. Va-t-il vous inviter ?

Les techniques pour savoir s’il va vous inviter à regarder « les douzes coups de midis » avec des chips, au mieux des curlys, et bien sûr la binouze :

-S’il commence par « Hé ma gueule ! Ça te dirait de (…) ?! », fuyez. Ou prétextez avoir vos règles, même si vous êtes un homme. Dites que c’est une maladie mentez je sais pas moi ! C’est pas le sujet de l’article zut à la fin !

-S’il s’approche en souriant mais en ne vous parlant pas, souriez et marchez vite. Il va croire que vous allez l’inviter, donc il va vous aborder, et va vous inviter au final. MARCHEZ !

-S’il ne vous remarque pas, même si vous le connaissez très bien, courez dans son sens inverse. Il pourrait vous identifier, et là courir après vous, comme les sandales c’est pas très pratique pour courir, il tombera, se fera mal, vous aurez mal pour lui, irez voir ce qu’il a, l’emmènerez à l’hôpital pour découvrir qu’il n’a rien du tout, et regarderez chez lui l’épisode tant attendu des « douzes coups de midi ». Bah oui vous l’avez aidé, il doit bien vous remercier !
Voilà ! Passons maintenant au :

Top 3 des expressions fétiches de votre ami le beauf.

– « Hé, en parlant de la lune, t’as pas vu mon cul ! » qu’il emploiera au bout de sa 5e bière, c’est-à-dire à environ 9 heures du matin. Pour répondre à cette phrase, riez, et courez, comme s’il courait après vous. GO GO GO !

-« Faut que j’aille bosser, bah oui c’est pas ma femme qui va l’faire hein ! mdr. » Phrase qu’il emploie 70% du temps, en compagnie d’un collègue/ami/inconnu/clodo. Si vous êtes face à lui, hochez la tête et partez discrètement à reculons. Si si ça marche.

-« #TeamJeanLuc » Qu’il emploie sur les réseaux sociaux, ou bien à tout le monde en fait. Il veut savoir dans quel camp vous êtes. Jean Luc ou le remplaçant du cher Julien. Et oui, c’est la guerre. Si vous êtes face à cette phrase, mettez votre point sur votre poitrine en répétant le #TeamJeanLuc en bombant votre torse, comme si vous le saluez en fait. Ensuite, faites semblant d’apercevoir quelqu’un et dites lui au revoir. Pour toujours. Non c’est une blague il sera toujours là.

Fin de cet article, et surtout fin de ce mensonge grotesque ! Bien sûr que c’est de l’humour ! Moi-même suis beauf ! #TeamJeanLuc.

Tout ça pour montrer comment la société, jusque dans les blogs, nous divisent et font apparaître des clichés. Parce que cet article est rempli de cliché, peut-être qu’ils sont tous réels, mais je vous en supplie si vous croisez quelqu’un qui n’est pas comme tout le monde, une pâle copie de gens, souriez lui et discutez. Ne suivez pas ces conseils, ce serait renoncer à la différence, et dans notre monde c’est ce qu’il y a de plus beau ! (Par contre si c’est un pédophile/voleur ou autre fuyez, je ne tiens pas à avoir de plainte svp.) D’autant plus que ça enrichira votre façon de voir les choses de voir quelqu’un de différent de vous. Tenez ma meilleure amie déteste les tomates, moi je les adore ! Au début c’était inconcevable. Et au final je déteste les champignons et elle adore ! Et bien maintenant à la cantine, nous offrons les choses qu’on aime pas à l’autre, et ça nous va très bien, parce que chacun ses goûts, chacune ses chimères.

Tenez un mouchoir, j’ai pleuré face à ce beau, que dis-je, magnifique, EXCEPTIONNEL discours.

Voilà ! J’espère vous avoir fait réfléchir, si oui, tant mieux, sinon, et bien je n’en mourrai pas.

Bonne soirée à tous,

Capitaine Microbe.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s