Ce vain combat que tu livres au monde – Fouad Laroui

« Assis à la terrasse d’un café parisien, Ali et Malika bavardent paisiblement. À les voir ainsi, jeunes et amoureux, un avenir radieux devant eux, qui pourrait croire que leur existence va bientôt basculer dans l’enfer ?
Ce vain combat que tu livres au monde met en scène quatre personnages aux prises avec l’Histoire. La dérive mortelle d’un jeune Franco-Marocain de Paris à Raqqa, les réactions de son entourage, le dilemme qu’affronte sa compagne et, en arrière-plan, les événements tragiques qui ont récemment secoué l’Europe constituent la trame du récit. Fustigeant tous les fondamentalismes, mais ouvert aux points de vue les plus divers, l’auteur nous livre avec ce roman humaniste et engagé un regard indispensable sur notre temps. »

Edition Julliard, 288 pages, 19 euros

Hey, je reviens aujourd’hui pour vous parler d’un roman de la rentrée littéraire. Il s’agit de Ce vain combat que tu livres au monde de Fouad Laroui. On m’a proposé ce livre parmi une sélection mais sans m’avoir taper dans l’œil ce titre m’attirait beaucoup.

On suit deux personnages : un informaticien immigré du Maroc, Ali, et une française née de parents maghrébins, Malika. Ils sont en couples, heureux, ils décident d’emménager ensemble. Rien que du très classique jusque ici. En parallèle on a des courts chapitres qui nous explique différents événements de l’histoire du Maghreb. L’argument général est de nous montrer les différences de points de vue, et la façon de raconter l’Histoire.

-Mais qui a raison ? Que voulait vraiment Peter… euh… Lawrence ?

Mais personne n’a raison ! tout le monde a raison ! La question n’a pas de sens : l’important, c’est de constater qu’il y a deux récits différents. Deux Lawrence, en somme.

Ces chapitres sont assez sympathiques à lire, l’auteur fait intervenir le lecteur (un peu stupide au demeurant), ce qui ajoute une touche d’humour. Les explications sont claires, direct, courtes. En bref, on apprend des choses agréablement.

Les chapitres s’alterne entre l’histoire d’Ali et Malika et les chapitres dialectiques. Mais la situation des deux protagonistes basculent, suite à une situation discriminante vis à vis d’Ali. On a alors droit à pas mal de scènes d’engueulades assez réalistes, les personnages qui se concentrent sur la forme des paroles de l’autre, plutôt que sur le véritable problème. Jusque là tout va bien, l’écriture est correct sans être remarquable.

Ensuite un changement s’opère dans la tête d’Ali, il commence à fréquenter les mosquées, et se radicalise. A partir de là ça ne passe plus. J’ai eu l’impression qu’on m’a essayer de me servir TOUS les clichés qu’un français peut avoir sur l’Islam, la radicalisation, Daech. ( du gourou charismatique aux idiots qui n’ont aucunes idée de se qui foutent là). Autant le début du roman, grâce aux chapitres historiques, j’avais effectivement l’impression d’être face à un livre « humaniste, ouvert aux points de vue les plus divers » mais non les deux derniers tiers du livre sont plus proches du reportage BFM TV (non, j’aime pas beaucoup bfm tv).

Ce bon début, avec de bonnes idées tombent complètement à plat pour nous laisser un goût très désagréable en bouche : celui de s’être fait prendre pour des cons.

En définitive je ne vous conseille pas ce roman. Vraiment pas. Les attentats, la radicalisation est un thème qui nous a tous marqué ces derniers temps alors forcément c’est un thème qui est présent dans pas mal de romans de la rentrée littéraire cette année. Mais Auteurs, s’il vous plait, si c’est pour écrire ce genre de choses, des livres qui accentuent les préjugés, qui sous entendent que tous les musulmans sont fondamentalistes, radicaux, et terroristes, abstenez vous. Votre rôle est de contrer la haine et la stupidité, pas la propager.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s