Shining de Stephen King

Éditions France Loisirs – 618 pages – 7 à 8 €

Allez on déroge pas à la règle… Moi j’aime avoir peur!

Alors salut les chimères et on attaque cette soirée avec un maître en la matière : Stephen King!

C’était pour moi une première, on connait tous cet auteur par sa renommée mais je n’avais pas encore pris la décision d’ouvrir un de ses livres. Sauf que voilà, ma meilleure amie ne jure que par lui (Manon si tu passe par là!) donc forcément je me suis lancée.

« Dans les montagnes Rocheuses, le luxueux Overlook Hotel a fermé ses portes pour la saison des neiges. Seuls l’habitent Jack Torrance, le gardien, et sa famille. Wendy, sa femme, espère que l’isolement leur permettra de reconstruire leur foyer fragilisé. Mais en présence de leurs fils Danny, l’hôtel semble s’animer d’une étrange façon. Cauchemar ou réalité? Que cachent les cent dix chambres vides de l’Overlook? »

Les points forts

J’adore la construction qui est faite sur ce livre. Le but est de monter en pression et de découvrir des mystères au fur et à mesure de notre lecture. Tout d’abord il y a Danny, petit garçon de cinq ans à l’esprit vivace qui semble savoir plus de choses que voulu grâce à son ami imaginaire : Tony. D’ailleurs qui est Tony? À quoi servent ses visions? En réalité Danny est un élément clé qui nous permet de découvrir quelques secrets horrifiques de l’hôtel bien avant d’y mettre les pieds… Du même coup plus on avance moins on a envie d’y aller!

La complexité des personnages… Stephen King ne se focalise pas sur un seul protagoniste. La famille entière et leur passé respectif nous permet de comprendre la situation précaire dans laquelle ils sont. Ainsi j’ai reussi à ressentir toutes les émotions et à me mettre à la place de chacun.

L’ambiance amenée dans la grande partie Hôtel nous donne quelques sueurs… Honnêtement j’aurais déjà fui, surtout à la place de Danny. C’est même carrément un point extraordinaire, cet Hôtel est extraordinaire!! Sauf que là, je suis bloquée… En parler plus vous dévoilerait tout le final et l’intrigue du livre. Bref retenez juste qu’il y a des chambres à éviter…

Les points faibles

Bon forcément c’est une histoire très complète, c’est ce qui permet une parfaite compréhension de la monter en tension, sauf que par la même occasion on peut noter deux ou trois chapitres très lent. Rien de grave, ça ne nous fait pas lâcher le bouquin!

Un dernier truc qui m’a chagriné: l’apothéose finale. Je l’aurais plus poussée. Elle va suffir à beaucoup d’entre vous mais personnellement après une trentaine de films d’horreur.. Il m’en faudrait un chouia plus pour flipper. Malgré cela les détails de Stephen King nous permettent de ne pas souhaiter vivre ces scènes.

Conclusion

On m’avait assuré un merveilleux moment entre les mains de King et c’est chose faite! J’avais acheté ce livre sans grande conviction (histoire de finir mon abonnement France Loisirs) et heureusement que j’ai fait ce choix. D’ailleurs j’ai depuis repris deux livres de Stephen. Grand moment d’angoisse qui nous donne envie d’avancer de plus en plus au fil des pages. Il m’aurait fallut plus de frisson afin de le considérer comme un coup de coeur. Mais si vous hésitez encore… N’hésitez plus !

Ma note: ★ ★ ★ ★ ☆

Une adaptation cinématographique. Verdict?

915LC1MYxbL._SL1500_

Réalisateur : Stanley Kubrick

Note presse (AlloCiné) : 4/5. Note spectateurs (AlloCiné) : 4,3/5.

Acteurs : Jack Nicholson, Shelley Duvall, Danny Lloyd

Durée : 2 h 26

Sortie : 1980

Bon allez on garde à l’esprit que le film date… Donc on est servi en bandes sons stridentes: typiquement ancien film d’horreur.

Je ne  vais pas tourner autour du pot les amis.. Fuyez ce film comme la peste si vous avez lu le livre! Il est bourré de fautes. Les facultées de Danny sont extrêmement mal traitées alors qu’il est la clé du mystère. Nous n’avons aucunes explications sur le passé des personnages, hors ça permet réellement de comprendre les faiblesses de chacun. Du même coup on a devant nous des individus qui semblent vide. Toutes ces incohérences ne nous donnent pas la veritable identité de l’hôtel… Les spectateurs non lecteurs pourront donc se méprendre sur le mal qui est tapi dans l’Overlook.

Saluons au passage le jeu (mauvais ou parodique ?) de l’actrice principale… *toussotte*. Le seul qu’on peut sauver ici c’est Nicholson, qui nous livre une jolie prestation finale. Ah oui pensez à mettre le film en VOSTFR, comme moi, car le doublage français est horrible! Et je n’ai pas l’habitude de me plaindre de côté là… C’est pour vous dire l’atrocité de la chose !

Je ne comprends donc pas les critiques et notes positives trouvées sur le net. Enfin pour abréger mes souffrances j’ai décidé de passer la deuxième moitié du film en accéléré… Désolé mais je ne tenais plus.

J’espère que cette chronique saura éveiller votre goût pour l’angoisse!

-Camisole de mots

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s